[JEU] Quel est ce tableau?

Discussion dans 'S'amuser sur le forum' démarrée par M-Night, 16 décembre 2016.

Chère utilisatrice, cher utilisateur,

Nous vous informons que vous devez obligatoirement posséder un compte de jeu et vous connecter à celui-ci si vous souhaitez participer au forum. Nous nous réjouissons par avance de votre visite. „Vers le jeu“
  1. mimi201100

    mimi201100 Vétéran du Forum

    Merci, Seigneur !!! xDxDxD
    "Nature morte avec théière" ou "Nature morte avec théière et oranges" selon les sites. :oops:
     
  2. mimi201100

    mimi201100 Vétéran du Forum

    et voilà, à vous!
    [​IMG]
     
  3. mimi201100

    mimi201100 Vétéran du Forum

    coucou, ici aussi, tout le monde est parti.....????

    "Née à Cracovie en 1865"
     
  4. mimi201100

    mimi201100 Vétéran du Forum

    Olga Boznanska (1865-1940), « Femme à la blouse blanche », 1905, huile sur carton.

    Pour info :
    Olga Boznanska, figure majeure de la peinture polonaise

    par Diane Zorzi
    A l’aube de la modernité, Olga Boznanska s’illustra à travers ses portraits psychologiques à mi-chemin entre l’impressionnisme et le symbolisme. Aujourd’hui méconnue, elle fut pourtant l’une des figures majeures de la peinture polonaise. A l’occasion de la mise en vente d’une toile de 1905, retour sur cette artiste femme aux œuvres énigmatiques…
    Une peintre polonaise à Paris

    Née à Cracovie en 1865, Olga Boznanska (1865-1940) s’illustra à Paris à l’aube de la modernité, à travers des portraits psychologiques à mi-chemin entre l’impressionnisme et le symbolisme. Dès 1896, elle rejoint la capitale des arts où elle intègre la Société Nationale des Beaux-Arts. « A Paris, elle mène une vie recluse, mais son art est apprécié, et son atelier devient un lieu de rencontre pour les artistes et intellectuels français et polonais », note Marie Gispert dans le Dictionnaire universel des créatrices. Enseignante à l’Académie Colarossi et à l’Académie de la Grande Chaumière, elle est décorée de la Légion d’Honneur en 1910, avant de recevoir en 1938 l’Ordre Polonia Restituta, l’une des plus hautes décorations civiles polonaises.
    Des portraits psychologiques saisissants

    « Ni académique ni d’avant-garde, son art est fondé sur l’approche psychologique de ses modèles », note encore Marie Gispert, maître de conférences en Histoire de l’art contemporain à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Mêlant des teintes brunes et grisâtres, Olga Boznanska peint essentiellement des portraits en buste qu’elle met en scène sur des fonds sombres et indistincts. « Ses portraits sont particulièrement expressifs », détaille Maître Valérie Régis qui présentait à la vente le 4 décembre à Deuil-la-Barre une Femme à la blouse blanche peinte par l’artiste en 1905. « Lorsque j’ai découvert cette toile dans une collection de la région, j’ai été frappé par le regard énigmatique du modèle. » Fixant le spectateur, le personnage empreint de mystère se confond avec un arrière-plan fait d’un dégradé de gris-bleutés et de bruns.
    [​IMG]
    Olga Boznanska (1865-1940), « Femme à la blouse blanche », 1905, huile sur carton, accidents et manques. Signée en haut à droite, datée 1905. H : 68 L : 53 cm. Estimée entre 10 000 et 12 000 euros. Adjugé 104 160 euros (frais compris) par Maître Valérie Régis le 4 décembre 2018 à Deuil-la-Barre.
    « Sur le marché, ses œuvres atteignent parfois des montants importants, confortés par l’engouement des dernières années pour les femmes artistes. »
    Des œuvres cotées sur le marché polonais

    Méconnue, Olga Boznanska est pourtant considérée comme l’un des peintres majeurs de l’histoire polonaise. Ses œuvres sont aujourd’hui conservées dans les plus grandes institutions. Le Musée d’Orsay compte dans sa collection un Portrait de jeune dame de 1903. Le Musée national de Varsovie a quant à lui organisé en 2015 une grande exposition rétrospective. « Sur le marché, ses œuvres atteignent parfois des montants importants, confortés par l’engouement des dernières années pour les femmes artistes », remarque Maître Valérie Régis. En 2008 à Varsovie, un portrait de 1889 était ainsi adjugé au prix record de 314 778 euros. La toile mise en vente par Maître Valérie Régis le 4 décembre à Deuil-la-Barre a quant à elle multiplié par dix son estimation, fixée entre 10 000 et 12 000 euros, en s’envolant à 104 160 euros (frais compris).